« Besançon, l’horlogerie dans la ville », voyage au cœur du patrimoine horloger bisontin

Les chercheurs du Service Inventaire de la Région Bourgogne Franche-Comté ont publié leur nouvel ouvrage « Besançon, l’horlogerie dans la ville » ce vendredi 24 juin. Fruit de deux années de travail, ce livre est consacré aux anciens lieux de production horlogère disséminés dans la cité de Vauban.

« Pour ce livre, nous avons choisi de nous focaliser sur les lieux de production horlogers et non pas sur l’histoire horlogère bisontine. On a voulu retrouver ces lieux, qui désormais n’existent plus, où cette industrie s’est développée au début du XXe siècle », détaille Raphaël Favereaux, auteur et chargé de recherche au service inventaire de la collectivité.
Au départ, l’industrie horlogère bisontine prend donc ses racines dans le quartier de Battant, avant de se développer au centre-ville. « On a constaté une force centrifuge de l’horlogerie dans l’hypercentre, puis le secteur s’est étendu au quartier des Chaprais et aux boulevards Kennedy et Churchill », précise le chercheur. Ces sites, nombreux, sont peu connus des Bisontins. « Au 36 bis rue Carnot, il y avait notamment une usine horlogère qui a été remplacée bien des années plus tard par des logements. Mais lorsque l’on passe devant aujourd’hui, on peut toujours distinguer des mosaïques sur la façade du bâtiment qui symbolisent les rouages d’une horloge », relate Raphaël Favereaux.

« Un long travail de patience et d’enquête »
Identifier ces lieux, qui pour certains d’entre eux n’ont laissé aucune de trace de leur existence, s’est avéré particulièrement minutieux pour les chercheurs. « C’est un long travail de patience, d’enquête, où il faut aussi avoir un peu de chance. Nous avons dû croiser les données et les tableaux que nous possédions. Parfois, nous n’avions rien d’autre qu’une simple mention d’un lieu dans un document. Sur les quelques centaines d’ateliers qui existaient au centre-ville, nous n’en avons retrouvé qu’une poignée seulement », expose le chercheur.

Des sites horlogers recensés entre 1860 et 1970
Les différents sites horlogers identifiés par le service Inventaire s’étalent sur une période allant de 1860 à 1970.  « Ce que j’ai identifié de plus ancien est l’usine de Tarragnoz. Ce site hydraulique a accueilli des activités artisanales liées à l’horlogerie pendant très longtemps », appuie Raphaël Favereaux. L’ouvrage « Besançon, l’horlogerie dans la ville » est un voyage à travers le temps qui recèle de trésors en tout genre : cartes postales, vieilles affiches et estampes. Les photographies du livre les plus récentes ont été réalisées par Jérôme Mongreville, les dessins et la cartographie ont été conçus par Aline Thomas, tous deux agents à la direction de la Culture à la Région.

« Besançon, l’horlogerie dans la ville », publié par la Région Bourgogne-Franche-Comté, est disponible dans toutes les librairies. 15€.

Le château de Châteauneuf (21), propriété de la Région Bourgogne-Franche-Comté – Photo ©David Cesbron

JEP : la Région vous ouvre ses portes les 17 et 18 septembr…

Lire l'article
13 sep 2022
Nathalie Leblanc, vice-présidente de la Région en charge de la culture, dévoile la plaque des travaux au château de Châteauneuf-en-Auxois (21), samedi 18 juin 2022 - Photo Région Bourgogne-Franche-Comté

Le programme de restauration et la saison culturelle 2022 d…

Lire l'article
4 juil 2022
« Patrimoine en action(s) » au Musée des Beaux-Arts de Besançon, 14 juin 2022 - Photo DR

« Patrimoine en action(s) » : le patrimoine célébré sous to…

Lire l'article
15 juin 2022
Toute l'actualité
Article du 24/06/2022 09:25, modifié le 28/06/2022 10:51

Une question, une demande ? Contactez directement nos équipes !

Nous contacter