Formation professionnelle : la Région a rempli sa part du contrat

En signant le Plan régional d’investissement dans les compétences, la Région Bourgogne-Franche-Comté et l’État ont uni leurs efforts pour former plus et mieux les demandeurs d’emploi. Trois ans plus tard, les engagements ont été tenus. Ils ont même été amplifiés en 2021 et 2022 afin de répondre aux besoins des secteurs d’activité qui peinent aujourd’hui à recruter.

Le 20 décembre 2018, la Bourgogne-Franche-Comté était la première Région à signer un Plan régional d’investissement dans les compétences (PRIC) avec l’État et les partenaires sociaux. Objectif : faciliter l’accès à la formation professionnelle des demandeurs d’emploi, en ciblant les jeunes et les moins qualifiés. Pour y parvenir, des moyens sans précédents ont été investis sur la période 2019-2022 : 333,5 millions d’euros de la Région et 251,5 millions d’euros de l’État qui a ajouté, début 2021, 29 millions d’euros dans le cadre du plan de relance « Un jeune, une solution ».

Des formations innovantes pour les métiers des services à la personne

Après trois ans de mise en œuvre du Plan régional, un bilan intermédiaire a été établi le 18 novembre 2021 lors de la venue au GRETA d’Auxerre de Carine Seiler, haut-commissaire aux compétences. L’occasion d’illustrer l’une des réalisations permises par le PRIC en Bourgogne-Franche-Comté : l’expérimentation de huit plateformes départementales de professionnalisation aux métiers des services à la personne. Ces formations modulaires, avec des compétences « socles » et « optionnelles », ont pour originalité de s’adresser à la fois aux demandeurs d’emploi et aux salariés en formation continue grâce à la participation des branches professionnelles (voir notre article complet sur le dispositif).

« La Bourgogne-Franche-Comté est une Région qui a une très forte culture du partenariat entre acteurs et de l’innovation. Cette logique de blocs de compétences est particulièrement intéressante car elle permet d’individualiser les parcours, de capitaliser tout au long de la vie et de mieux coller aux besoins des entreprises », relève Carine Seiler qui s’est lancée dans un « tour de France des PRIC » pour collecter « les bonnes pratiques » régionales en vue de les diffuser sur le plan national.

Difficultés de recrutement : la formation ne peut pas tout

Comme le bâtiment ou la fibre optique qui font aussi l’objet de formations par blocs de compétences, le service à la personne est, depuis de nombreuses années, un secteur professionnel « en tension ». C’est-à-dire que les offres d’emploi sont très difficilement pourvues, faute de candidats qualifiés ou intéressés par ces métiers. « Mes huit collègues et moi, on a toutes eu un contrat à la fin de notre formation », témoigne ainsi une bénéficiaire de l’expérimentation à Auxerre.

Or, dans le contexte de reprise économique post crise sanitaire, ces difficultés de recrutement s’étendent à de plus en plus de domaines d’activité. La formation est bien sûr l’une des solutions. Mais pas uniquement. « Avec le PRIC, nous avons été à la hauteur de cette grande ambition d’investir sur les compétences, estime Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté. Nous avons multiplié les places en formation, innové pédagogiquement ; nous sommes aussi allés chercher les publics les plus éloignés, précaires et les jeunes (voir chiffres clés ci-dessous). Nous avons rempli le contrat demandé par l’État. Toutefois, pour que les entreprises arrivent à recruter, il faut aussi faire évoluer les conditions de travail, les rémunérations et le déroulement des carrières ».

En 2022, un nouvel avenant au PRIC devrait permettre d’adapter encore mieux l’offre de formation aux secteurs et métiers en tension : transition énergétique/BTP, numérique et fibre optique, santé/soin/services aux personnes et industrie. Il s’agira aussi de renforcer l’accès à la formation pour les demandeurs d’emploi de longue durée. Afin que la reprise économique ne laisse personne au bord du chemin.

Intervention de Marie-Guite Dufay, présidente de la Région, à propos du PRIC

Le bilan du PRIC en chiffres

  • Plus de 80 000 personnes auront bénéficié, d’ici fin 2021, d’une formation professionnelle en Bourgogne-Franche-Comté dans le cadre du Plan régional.
  • 61 % des bénéficiaires sont non qualifiés (niveau inférieur au bac)
  • 42 % sont des jeunes de moins de 30 ans
  • 81,9 % obtiennent une certification professionnelle à l’issue de la formation
  • 61,2 % des bénéficiaires ont accédé à un emploi six mois après la fin de la formation (données collectées avant la crise sanitaire)

Vous êtes concernés ?

Rendez-vous sur le site « J’ai ma place » ou composez le 09 71 04 73 78 pour trouver :

  • des milliers de places de formations ouvertes chaque année ;
  • plusieurs centaines de formations référencées et gratuites.
Marie-Guite Dufay (au centre) au salon RIDY, mardi 9 novembre 2021 - Photo Xavier Ducordeaux Région Bourgogne-Franche-Comté

Bon anniversaire « PAIR »

Lire l'article
10 nov 2021
Formation au Greta Auxerrois - Photo DR

Stagiaires de la formation professionnelle, calculez votre …

Lire l'article
7 juil 2021
EMCO France, filiale du groupe allemand EMCO leader européen dans le domaine, produit à Dampierre (39) des tapis d’entrée techniques destinés aux bâtiments recevant du public - Photo DR

« L’aide régionale a été décisive vis-à-vis de nos actionna…

Lire l'article
14 juin 2021
Toute l'actualité
Article du 22/11/2021 16:24, modifié le 23/11/2021 17:09

Une question, une demande ? Contactez directement nos équipes !

Nous contacter