Face à la crise, la Région accélère

Inédit par son ampleur –435 millions d’euros– un plan d’accélération de l’investissement a été adopté lors de l’assemblée plénière du 9 octobre 2020. Effectif dès le lendemain du vote, il participera à la relance économique en Bourgogne-Franche-Comté tout en amplifiant l’action régionale en faveur de la transition écologique et énergétique.

Depuis mars 2020, la Région Bourgogne-Franche-Comté a déjà consacré 100 millions d’euros à des mesures d’urgence afin d’accompagner les secteurs les plus durement touchés par la crise sanitaire et ses effets économiques. Ce 9 octobre 2020, l’assemblée plénière était réunie à Dijon pour déterminer la manière dont la collectivité régionale allait se mobiliser, sur les trois années à venir, pour faire face aux conséquences sociales et économiques de la pandémie de Covid-19.

Deux milliards d’euros de retombées
Devant une assemblée réduite*, la présidente Marie-Guite Dufay a présenté « un plan ambitieux d’accélération des investissements pour soutenir l’activité économique en Bourgogne-Franche-Comté parce que c’est l’une des premières responsabilités de notre collectivité ». Complémentaire de France Relance, élaboré en concertation avec les branches socio-professionnelles et les partenaires sociaux,  ce plan est doté de 435 millions d’euros de crédits régionaux. Auxquels s’ajoutent 105 millions de fonds européens.
Au total, ce sont donc 540 millions d’euros qui seront injectés directement dans l’économie régionale. Des investissements publics dont l’effet multiplicateur (ou levier) devrait permettre de générer 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour les entreprises régionales.

Ecouter Marie-Guite Dufay à propos de l’effet levier des investissements régionaux

Construit en trois volets (emploi, écologie, territoires et solidarités), ce plan d’accélération comporte 102 mesures. « 70 % de mesures nouvelles et 30 % de mesures déjà existantes dont nous élargissons les financements, détaille Marie-Guite Dufay. Donc 100 % d’investissements nouveaux ».

Une dimension sociale forte
Environ la moitié des mesures (47 sur 102) vise à amplifier l’action régionale en faveur de la transition écologique et énergétique. Près de 70 millions d’euros sont ainsi dédiés aux projets de rénovation énergétique. Au bénéfice du climat, comme de l’emploi et du pouvoir d’achat des ménages.  La formation professionnelle (adaptation des compétences aux besoins émergents, modernisation des structures) est également au cœur de ce plan marqué par « une dimension sociale forte » selon la présidente.
Une charte est en effet en cours de négociation avec les associations patronales et syndicales pour que les aides régionales aux entreprises soient assorties de contreparties en matière de dialogue social et de sécurisation des emplois.   Face à «des situations que nous n’avions jamais connues […], nous avons su faire face, résister, créer,  collectivement, a tenu à rappeler la présidente. Nous avons aussi beaucoup appris. Aujourd’hui, il nous faut rester très humbles, attentifs et vigilants. » 
Si certains crédits courent jusqu’en 2023, d’autres actions seront effectives dès le lendemain du vote puisque au moins 25 millions d’euros  seront débloqués avant le 1er décembre 2020. Face à la crise, il n’y a pas de temps à perdre. Et la Région Bourgogne-Franche-Comté a décidé d’agir. Vite et fort.

*Seuls 50 % des conseillers régionaux étaient présents conformément aux préconisations de l’Agence régionale de santé.

 

Découvrez les grandes lignes du plan d’accélération de l’investissement régional

La Région accélère

En bref

En route vers une région à énergie positive
C’est un objectif de longue date en Bourgogne-Franche-Comté : devenir une région à énergie positive, c’est-à-dire un territoire dont les besoins en énergie sont intégralement couverts par les énergies renouvelables.

Frédérique Colas, vice-présidente en charge de la transition écologique et de l’environnement, explique comment le plan d’accélération de l’investissement peut permettre d’atteindre cet objectif :

Ecouter Frédérique Colas, vice-présidente en charge de la transition écologique et de l'environnement

Une agence régionale du numérique et de l’intelligence artificielle
Selon l’INSEE, l'illectronisme touche 17 % de la population française. « Mais dans certains de nos territoires, on peut facilement monter à 50 % » a déclaré Patrick Molinoz. Le vice-président en charge du numérique a présenté la feuille de route des usages du numérique de la Région. « L’enjeu, ce sont les usages, l’appropriation des outils par les habitants, les entreprises, les associations ». La feuille de route, adoptée par l’assemblée, prévoit la création d’une agence régionale du numérique et de l’intelligence artificielle (ARN-IA). La Région va par ailleurs doubler le budget dédié au numérique : « on y consacrera 100 millions d’euros pour 2021-2022. »

Stratégie régionale de la biodiversité
Une espèce d’oiseaux sur trois a disparu des milieux agricoles de Bourgogne-Franche-Comté entre 2002 et 2018. Et 25 % des espèces floristiques ont été rayées de la carte des prairies humides entre 1990 et 2007. Où va notre biodiversité ? Il faut agir. Les élus ont approuvé la stratégie régionale pour la biodiversité 2020-2030. Le document est articulé autour de six orientations stratégiques et 19 objectifs opérationnels.
En savoir plus

Aires de covoiturage : il en faut 2 fois plus !
199 : c’est le nombre d’aires de covoiturage nécessaire dans notre région. C’est ce qui ressort du schéma des aires de covoiturage en Bourgogne-Franche-Comté, adopté par l’assemblée. Il n’en existe aujourd’hui que 97. Le plan prévoit donc d’en créer 102 supplémentaires, en s’appuyant sur le Réseau Routier d’Intérêt Régional (RRIR). Le plan prévoit également une mise à niveau des aires existantes, notamment pour les adapter aux nouvelles mobilités : installation de stations de recharge pour véhicules électriques, d’abris vélos sécurisés… Le déploiement de ce schéma nécessitera de mobiliser 5,6 millions d’euros de crédits.

Vélos : tous en selle
La part du vélo dans les mobilités au quotidien était de 3 % en 2018. L’Etat veut faire grimper ce chiffre à 9 % d’ici 2024. « Vus les énergies et les moyens déployés dans tous nos territoires, on doit même pouvoir aller au-delà en Bourgogne-Franche-Comté » s’enthousiasme Michel Neugnot, vice-président en charge des transports. Pour soutenir les nombreux projets qui fleurissent dans la région, les élus ont adopté un plan vélo régional. Un plan à plusieurs facettes, permettant à la fois de favoriser l’intermodalité (mise en places d’abris vélos en gares, d’équipements à bord des trains et des cars…) mais aussi d’accompagner les collectivités qui créent et aménagent des infrastructures cyclables. Sur ce dernier volet, la Région mobilisera 15,6 millions d’euros.

Une aide d’urgence pour les populations de l’arrière-pays niçois
Il y a quelques jours, l'arrière-pays niçois a subi un phénomène climatique d'une violence historique. Dans les vallées touchées des Alpes-Maritimes, les dégâts sont considérables. Le coût des reconstructions pourrait avoisiner le milliard d’euros, selon les experts. Les élus bourguignons-franc-comtois ont tenu à apporter leur soutien aux populations, et ont voté à l’unanimité l’octroi d’une aide exceptionnelle de 50 000 euros.

Assemblée plénière du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté - Photo David Cesbron

Suivez l’assemblée plénière en direct

Lire l'article
8 oct 2020
Assemblée du 26 juin - Photo Clément Barré

Un plan de relance de 400 millions d’euros en préparation

Lire l'article
26 juin 2020
Pompes Japy - Photo DR

COVID19 - De nouvelles mesures pour les acteurs économiques

Lire l'article
25 juin 2020
Toute l'actualité
Article du 12/10/2020 09:11, modifié le 19/10/2020 09:42

Une question, une demande ? Contactez directement nos équipes !

Nous contacter