Ecologie

La transition écologique et énergétique est au cœur de l’action régionale en Bourgogne-Franche-Comté. Depuis la crise liée au COVID-19, ces enjeux sont encore plus prégnants. C’est donc à travers l’ensemble de ses domaines de compétences que la Région se mobilise pour contribuer à accélérer les mesures protectrices de l’environnement et des ressources, les démarches visant à économiser notre énergie, à développer les énergies vertes et à relocaliser une part de notre économie.

    Le plan d’accélération de l’investissement régional sera un outil pour armer le territoire face aux défis majeurs du changement climatique.

    • 47 mesures du plan d’accélération sont dédiées à l’accélération de la transition écologique et énergétique,
    • 237,05 M€ d’investissement régional.

    Les compétences régionales mobilisées pour accélérer la transition écologique et énergétique

    • Le secteur de l’énergie, en stimulant la rénovation énergétique et en déployant les énergies renouvelables,
    • Les transports, en renforçant ses investissements en faveur des infrastructures ferroviaires, de l’hydrogène et du développement du covoiturage,
    • La biodiversité, à travers des investissements locaux aux bénéfices environnementaux importants,
    • Le tourisme, en soutenant le développement d’un tourisme durable,
    • L’économie circulaire et les déchets, en accélérant les projets la réduction et la valorisation des déchets,
    • L’eau, en favorisant une gestion durable de la ressource pour une meilleure adaptation au changement climatique.
    • Faciliter et élargir l’accès au dispositif Effilogis, le programme régional dédié à l’efficacité énergétique des bâtiments, à différents publics (ménages, bailleur sociaux, associations et collectivités…),
    • Renforcer les investissements en matière de rénovation énergétique dans les lycées, le CREPS, les établissements d’enseignement supérieur et les bâtiments culturels,
    • Accompagner la montée en compétences par la formation des professionnels du secteur.

    Les opérations de rénovation, restauration et construction prévues au plan d’accélération de l’investissement régional, au-delà des impacts majeurs sur le plan énergétique, visent également à relancer l’activité du secteur du bâtiment et travaux publics fortement éprouvé par la crise.

    Le développement des énergies renouvelables constitue un volet central du programme d’accélération de la transition énergétique. Cinq mesures seront mises en place pour :

    • augmenter la participation au capital de la Région dans les trois SEM EnR locales et Jurascic, pour un effet levier multiplié sur le développement de projets dans les territoires pour 3 M€,
    • soutenir la filière en s’appuyant sur les SEM EnR et en créant un fonds régional de la transition énergétique dédié aux énergies renouvelables pour 7 M€,
    • déployer de l’énergie solaire pour 22,4 M€,
    • développer la production d’hydrogène.

    Le secteur des transports, source importante d’émissions de gaz à effet de serre -dont le transport routier représente 94 % des émissions de CO2 en 2018- impacte fortement le changement climatique. À travers le plan d’accélération de l’investissement régional, la Région entend :

    • soutenir le développement du ferroviaire (modernisation des lignes, mise en accessibilité des gares, modernisation du réseau ferré dédié au fret et du triage de Dijon-Gevrey) pour 26,8 M€,
    • acquérir des trains à hydrogène pour 51,9 M€,
    • déployer des aires de covoiturage pour 1 M€.

    À l’arrêt durant la crise, les travaux de gestion et de restauration des milieux naturels doivent reprendre. Le plan d’accélération prévoit 5,9 millions d’euros pour :

    • renaturer et lutter contre les effets du changement climatique pour 2,5 M€,
    • accélérer les programmes d’intervention dans les réserves naturelles régionales pour 1 M€,
    • réhabiliter le Conservatoire d’espace naturel (CEN) de Bourgogne pour 400 000 €,
    • soutenir les programmes de restauration des sites de conservation et de trame écologique pour 2 M€.

    Fortement impacté par la crise, le secteur touristique a besoin d’un plan de relance fort.
    13 millions d’euros seront consacrés au développement d’une stratégie de tourisme durable et d’adaptation climatique. Le plan d’accélération de l’investissement régional va :

    • accompagner le développement touristique des territoires (signature de contrats de station durables, appel à projets nouvelles activités durables en montagne) pour 7 M€,
    • développer l’itinérance touristique douce (fluvestre, vélo, pédestre) pour 6 M€.

    Le modèle économique du XXe siècle, construit sur une économie linéaire consistant à "extraire – produire – consommer – jeter", a conduit à une pression croissante sur les ressources naturelles, et à la production toujours plus importante de déchets. À travers le plan d’accélération, la Région choisit d’investir dans ces domaines pour accélérer les projets d’économie circulaire et de réduction des déchets, en :

    • multipliant par 15 le montant annuel consacré à l’accélérateur à projets économie circulaire, soit 9 M€,
    • généralisant le tri à la source des biodéchets pour 1 M€.

    Le changement climatique s’est intensifié ces trois dernières années, marquées par des épisodes caniculaires prolongés, et surtout une pluviométrie très insuffisante, générant de fortes tensions sur la ressource en eau. Dans ce contexte, la Région a choisi de lancer :

    • un appel à projets doté sur la protection et la gestion de la ressource en eau pour 10 M€,
    • un programme de soutien aux projets d’investissement des centres d’accueil de classes environnement et de classes vertes pour 1,5 M€.

    La sécheresse 2018-2020, a touché très durement les exploitants agricoles, les obligeant à terme à des remises en cause significatives des modèles et pratiques agricoles, plutôt qu’à de simples adaptations. Les politiques de soutien à l’innovation en cours et à créer visent à répondre à ces défis. Le plan d'accélération de l'investissement régional prévoit :

    • un engagement renforcé dans le programme d’aide au stockage des eaux pluviales pour 1 M€,
    • le soutien aux investissements de protection contre le gel en viticulture pour 1 M€,
    • le soutien au raccordement des installations photovoltaïques sur bâtiments agricoles pour 1 M€,
    • l’aide à l’intégration de l’agroforesterie dans les modèles agricoles pour 500 000 euros,
    • le soutien des exploitations qui investissent pour réduire l’utilisation d’intrants et de pesticides pour 1,5 M€.

    La filière bois régionale compte plus de 4 500 entreprises et 23 500 emplois. Elle est fragilisée depuis quelques années par la crise climatique et sanitaire (frêne, buis, ou encore épicéas, victimes d’invasions de scolytes). De forts défis attendent la filière, que le plan d’accélération accompagnera en :

    • soutenant les plateformes de stockage de bois scolytés pour 1 M€,
    • aidant à la construction bois exemplaire, notamment dans les bâtiments publics pour 5 M€,
    • achetant des forêts pour en faire des outils de démonstration de de promotion de la faisabilité d’une gestion équilibrée et exemplaire pour 4 M€.
    Signalisation sur la route pour les cyclistes - Photo DR

    À vélo aussi, la Région accélère

    Lire l'article
    21 oct 2020

    Face à la crise, la Région accélère

    Lire l'article
    12 oct 2020
    Une bouffée d’hydrogène pour le Nord Franche-Comté

    Une bouffée d’hydrogène pour le Nord Franche-Comté

    Lire l'article
    7 oct 2020
    Toute l'actualité

    Une question, une demande ? Contactez directement nos équipes !

    Nous contacter