Réduction des déchets : la Région mise sur le vrac

La Région, l’ADEME et Réseau Vrac viennent de finaliser un programme d’actions pour la structuration d’une filière vrac en Bourgogne Franche-Comté. Une première en France.

Le Plan régional de prévention et de gestion des déchets (PRPGD) adopté le 21 novembre 2019, prévoit une diminution des déchets ménagers de 15 % entre 2010 et 2025 et de 20 % à l’horizon 2031. La vente en vrac qui consiste à "vendre des produits présentés sans emballage, en quantité choisie par l’acheteur ou le consommateur, dans des contenants réemployables ou réutilisables" (code de la consommation) est un levier puissant pour atteindre ces objectifs régionaux.

"Elle permet de réduire de 30 % à 95 % des emballages et des gaspillages, notamment alimentaires"  précise Célia Rennesson. La directrice générale et fondatrice de Réseau Vrac co-animait, lundi 11 octobre 2021 à Dijon, une conférence régionale de la filière vrac en Bourgogne-Franche-Comté. Co-organisée avec la Région et l’ADEME, la conférence devait marquer le lancement et la structuration d’une filière vrac en Bourgogne-Franche-Comté : "On va se donner trois ans pour travailler sur un programme prévisionnel de 34 actions" a résumé Dominique Marie, chargé de mission économie circulaire pour la Région Bourgogne-Franche-Comté.

Ce programme d’actions est une première en France. Il s’inscrit dans le cadre de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (loi AGEC), adoptée par le gouvernement en février 2020, et de la feuille de route économie circulaire adoptée le 25 juin 2020 par l’assemblée régionale. Il est articulé autour de trois axes :

  • structurer la filière vrac : mise en place de conférences régionales tous les deux ans, développement d’un site Internet regroupant l’annuaire cartographié des commerces et fournisseurs…
  • professionnaliser et accroître l’offre vrac : formation des professionnels du vrac, organisation d’un salon vrac national en 2023…
  • augmenter le nombre de consommateurs en touchant tous les publics : mise en place de campagnes de communication, travail avec les établissements scolaires, création d’un réseau d’ambassadeurs du vrac…

Le budget consacré au programme s’élève à 522 000 € sur trois ans. Il a déjà permis de recruter une chargée de mission dédiée : Cloé Colmet-Daâge. L’enjeu est de taille : selon Cloé, le poids économique du vrac devrait bondir ces prochaines années : "Le marché français du vrac représentait 0,15 milliard d’€ en 2015 ; en 2020, il est déjà monté à 1,32 milliard d’€ et on prévoit une accélération de la courbe pour monter à 3,2 milliards en 2025". D’ici là, la Bourgogne-Franche-Comté sera prête.

Le vrac en Bourgogne-Franche-Comté, en chiffres :

  • 550 commerces intègrent un rayon vrac : grande surface, magasin spécialisé bio, pharmacie, droguerie, petit commerce de proximité...
  • 39 commerces entièrement spécialisés vrac
  • 24 porteurs de projets de commerces spécialisés vrac
  • 18 fournisseurs/transformateurs de produits vrac
  • 2 équipementiers
  • 1 marketplace

Ingénieure, elle ouvre son épicerie vrac

C’est ce que l’on appelle un changement radical de cap : ingénieure en thermique du bâtiment, Flora Sammut a tout plaqué un jour de 2016 pour créer une épicerie vrac. "Un pari un peu fou, mais je voulais travailler en accord avec mon mode de vie, participer à la réduction des déchets sur notre planète, et travailler plus localement. "

Elle adhère à Réseau Vrac et ouvre Le Poids Gourmand au Creusot (71) dès 2017. Elle propose alors 280 références, dont 180 en 100 % vrac. Le succès est tel qu’elle ouvre une seconde boutique à Montceau-les-Mines en 2020. Désormais, ce sont 560 produits qui sont référencés dans son catalogue. Elle a embauché quatre salariés : "L’objectif, c’est de pérenniser les deux épiceries après la crise COVID. Mais aussi d’ajouter une offre de produits frais et locaux et un service click&collect".

La structuration d’un réseau vrac en Bourgogne-Franche-Comté lui donne d’autres idées : "On va s’enrichir des expériences des uns et des autres. C’est ambitieux, mais également très motivant".

Flora Sammut a tout plaqué pour ouvrir deux épiceries vrac en Saône-et-Loire.

Le temps de chargement est de 10 à 12 minutes. Les chauffeurs sont totalement autonomes, la procédure est quasi identique à celle d’une pompe à essence classique - Photo © Hynamics

Auxerre inaugure le plus grand site de production d’hydrogè…

Lire l'article
14 oct 2021
Remise des trophées écolycée - Photo Ludovic Godard

Écolycée : le développement durable fait école

Lire l'article
11 oct 2021
Premier forum Hydrogen Business For Climate, 29 et 30 septembre 2021 à Belfort - Photo DR

Hydrogène : des opportunités économiques à saisir

Lire l'article
29 sep 2021
Toute l'actualité
Article du 12/10/2021 15:59, modifié le 12/10/2021 16:33

Une question, une demande ? Contactez directement nos équipes !

Nous contacter