Réagir face à la crise et contribuer à la relance économique

399,4 millions d’euros

118, 3 M€

Dans le contexte de crise économique et d’accompagnement de la relance, la Région s’engage pour consolider les entreprises et les emplois tout en accompagnant la transition écologique et énergétique, à travers le plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR), en coordination avec France relance et les fonds européens.

3 priorités pour 2021

Financer les projets de relocalisation
Territoire industriel, la Bourgogne-Franche-Comté a enregistré un doublement de ses investissements directs étrangers en 2019. Face à la crise économique, des crédits permettront de tirer parti de la dynamique de relocalisation d’avant confinement afin d’attirer l’implantation de nouveaux projets, ou de façon défensive, en consolidant un site pour éviter sa délocalisation dans une autre région ou à l’étranger. En 2021, la Région entend consolider sa dynamique positive d’attractivité (dont témoignent les nombreux projets industriels financés par ces fonds dès l’automne 2020) en coordonnant les financements massifs de l’Etat (via France relance) et les financements européens de REACT-EU.

Accélérer le développement de l’hydrogène
L’hydrogène vert contribue à la transition énergétique en tant que vecteur énergétique qui permet le stockage des énergies, notamment renouvelables mais surtout le développement de mobilités propres et à émission zéro carbone. Après l’installation du core center de Faurecia (production de réservoirs) et le démarrage des projets de Dijon Métropole smart energHy (distribution d’hydrogène provenant d’un incinérateur de déchets ménagers pour alimenter des camions bennes à ordure), l’année 2021 verra notamment la finalisation du projet d’Institut national du stockage hydrogène (ISTHY), dédié à la certification des réservoirs à hydrogène, et des projets de Belfort et d’Auxerre (bus à hydrogène). De nombreux autres projets sont en émergence dans ce secteur prioritaire pour la Région.

Accompagner la résilience de l’économie de proximité
L’économie de proximité a été particulièrement touchée par les confinements successifs. Pour les cafés, hôtels et restaurants et l’ensemble des commerces contraints de fermer, la crise sanitaire fait peser une menace sur l’emploi mais également sur la dynamique des centres-villes et des centres-bourgs. A travers une massification des aides et des opérations collectives, la Région renforce son soutien à l’économie de proximité dans un partenariat nouveau et étroit avec les intercommunalités. Dans un contexte qui demeure incertain, la Région donne la priorité à la résilience et à la transformation de l’économie de proximité afin de préserver les emplois et d’accélérer les mutations, à travers le numérique et le renforcement des circuits courts.

Visuel PAIR

• Financement d’opérations majeures de relocalisation et de transition énergétique (20 M€) ;
• Consolidation du financement des entreprises avec l’ingénierie financière (6,5 M€ dont 3,5 M€ pour un fonds dédié à l’agroalimentaire) et l’ingénierie immobilière (5 M€) ;
• Accompagnement de la transition énergétique, notamment par le soutien au développement de l’hydrogène (10 M€) et à la résorption des friches industrielles (10 M€) ;
• Soutien à l’économie de proximité en complément du pacte régional pour les territoires (10 M€).

171,3M€

Formation professionnelle des demandeurs d’emploi

En 2021, la Région poursuit sa mobilisation pour la mise en œuvre coordonnée et le suivi du pacte régional d'investissement dans les compétences Bourgogne-Franche-Comté 2019-2022 (PRIC), tout en déployant le « plan d’accélération d’investissement régional - plan de relance PRIC Jeunes». Il s’agit de mettre en œuvre des actions innovantes adaptées aux nouveaux besoins des entreprises, publics et territoires, identifiés suite à la crise de la COVID-19.

4 priorités pour 2021

Nouveau DAQ 2.0
Le lancement dès janvier 2021 du nouveau dispositif amont de la qualification (DAQ) 2.0 sous la forme d’un service d’intérêt économique général (SIEG) doit permettre de renforcer la sécurisation et l’individualisation des parcours, le travail sur le projet professionnel, et l’accompagnement des stagiaires, pour les publics les plus vulnérables et éloignés de l’emploi.

Nouvelles places de formations qualifiantes
Afin de s’adapter au mieux aux nouveaux besoins issus de la crise, la Région a décidé d’ouvrir de nouvelles places de formations qualifiantes, ciblées sur les secteurs en tension de la Bourgogne‑Franche-Comté, tout en innovant dans ses modalités d’achats via des blocs de compétences et un groupement de commande avec les opérateurs de compétences (OCPO) sur les services à la personne.

Soutiens aux « projets d'initiatives territoriales »
Afin d’accompagner la reprise économique, la Région souhaite lancer un dispositif souple et créatif pour soutenir des « projets d’initiatives territoriales » permettant de faciliter l’entrée en formation et de développer de nouvelles formations pour les demandeurs/chercheurs d’emploi.

Bilans des formations à distance
Afin de capitaliser sur les expériences mises en place durant le premier confinement, la Région a réalisé un bilan des formations organisées à distance, en lien avec les formateurs et les stagiaires. Une réunion de restitution sera organisée avec tous les partenaires, dans le cadre de la communauté des organismes de formation pour poursuivre les réflexions sur le déploiement des formations professionnelles en mixte présentiel / distanciel.

Visuel PAIR

La Région poursuit la mise en œuvre de sa compétence en matière de formation des personnes sous main de justice au sein des dix établissements pénitentiaires du territoire. Des places complémentaires sont ouvertes en 2021 dans le cadre du « plan d’accélération d’investissement régional - plan de relance PRIC », pour répondre aux besoins importants de ce public en difficulté.

Transitions professionnelles et orientation

Dans un contexte bouleversé par la crise sanitaire et ses conséquences économiques, trois axes forts guident l’action régionale en 2021 : éclairer les choix professionnels des individus tout au long de la vie, sécuriser les parcours des actifs au sein des entreprises et lors de transitions professionnelles, accompagner les entreprises et les territoires dans leurs réponses à la crise et dans leurs stratégies de développement via le levier des compétences.

4 priorités pour 2021

Informations métiers et formations
La Région s’engage à amplifier l’information sur les métiers et les formations et son accessibilité pour les publics scolaires, étudiants, apprentis et demandeurs d’emploi. Cette priorité passe par la consolidation et le développement des outils numériques et par le renouvellement de l’information sur les enseignements et professions.

Accompagner les territoires
Afin d’encourager et d’accompagner les territoires à construire leurs réponses aux problématiques de formation, d’emploi et de compétences, la Région renforce son soutien aux démarches de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences territoriales (GPECT) ainsi que son soutien à l’innovation territoriale.

Sécuriser les parcours des actifs
La Région mobilise les outils régionaux au service de la formation des salariés les plus fragiles et de l’accompagnement des transitions professionnelles.

Faciliter le recours à la formation
A travers ses actions visant à faciliter le recours au levier de la formation, la Région soutient la résilience et le développement du tissu économique.

57,1 M€

En matière de formations sanitaires et sociales, la Région veille à adapter l’appareil de formation au plus près des besoins des professionnels et des territoires. Compte tenu de l'importance stratégique de ces métiers, et dans la suite du Ségur de la santé, la collectivité entend renforcer les formations dans les secteurs du sanitaire et du social. Elle se mobilise pour favoriser une augmentation considérable du nombre d’étudiant.e.s en formation d’infirmièr.e.s (IDE) et d’élèves aides-soignant.es (AS) et accompagnant éducatif et social (AES), pour atteindre l’objectif ambitieux de 200 places d’IDE et 400 places d’AS et d’AES supplémentaires pour la rentrée 2021.

4 priorités pour 2021

Conférence des financeurs
Les métiers du sanitaire et social et les formations qui y conduisent ont été au cœur de la réponse à la crise de la COVID-19. La Région a soutenu les étudiants réquisitionnés auprès des malades pendant la crise sanitaire notamment à travers le versement d’une aide exceptionnelle. Suite aux mesures prises par le gouvernement en faveur des métiers de la santé dans le cadre du « Ségur de la santé », la mise en place d’une conférence des financeurs (Région-Opérateurs de compétences santé-cohésion sociale – Association nationale pour la formation permanente du personnel hospitalier (ANFH) - Agence régionale de santé…) doit favoriser la complémentarité et faciliter les cursus des élèves et étudiants selon leur statut.

Filière orthophonie
Face au déficit croissant d’orthophonistes en région Bourgogne-Franche-Comté, la collectivité investit pour renforcer la filière orthophonie en vue de former davantage de professionnels.

Instituts de formation en soins infirmiers
La Région investit de façon volontaire dans les instituts de formation en soins infirmiers, ainsi l’institut de formation de professions de santé (IFPS) de Besançon, dont les travaux commenceront en 2021, permettra d’accueillir mille étudiants paramédicaux du pré-bac au post-bac.

Equipements numériques et de simulation
Suite à la crise sanitaire, les instituts en formation sanitaire et sociale dispensent les cours en distanciel et ont besoin d’acquérir des équipements numériques et de simulation. La Région accompagne ces instituts dans le développement des usages numériques et la création de laboratoires de simulation répondant aux préconisations de la haute autorité de santé.

Visuel PAIR

Dans le cadre du plan d’accélération de l’investissement régional, la Région :

  • se dote d’équipements numériques et de simulation afin de mieux répondre à l’enseignement à distance et moderniser l’appareil de formation (500 000 euros). Ces investissements doivent faciliter l’augmentation du nombre d’étudiant.e.s, notamment en soins infirmiers ;
  • investit pour la sécurité et l’accessibilité du bâtiment aux personnes en situation de handicap et l’amélioration des performances énergétiques de l’institut de formations en soins infirmiers (IFSI) d’Auxerre (250 000 euros).

25,6 M€ 

Le schéma régional de développement du tourisme et des loisirs adopté en 2017 a pour ambition de répondre à cinq enjeux majeurs que sont l’augmentation des retombées économiques, l’adaptation de l’offre d’hébergements, l’attractivité et la promotion, le tourisme durable et le tourisme solidaire. L’année 2021 est consacrée à la mise en œuvre de deux schémas sectoriels portant sur le développement de l’œnotourisme et de l’itinérance touristique, ainsi qu’au plan d’accélération de l’investissement régional.

4 priorités pour 2021

Renforcer l’offre et améliorer la qualité des hébergements
La politique régionale permet d’accompagner les porteurs de projet qui créent ou adaptent ces hébergements aux attentes des clientèles et aux évolutions des marchés touristiques dans le cadre d’un projet global d’entreprise. Il s’agit notamment de favoriser la montée en gamme des hébergements et de soutenir le tourisme à visée familiale (villages et centres de vacances notamment).

Développer l’œnotourisme
Le nouveau schéma régional de l’œnotourisme adopté en assemblée plénière du 9 décembre 2020 a pour ambition de viser la place de région leader de l’œnotourisme en France, à travers l’excellence proposée dans le domaine. Il s’articule autour de trois axes stratégiques : viser une haute notoriété à l’échelle nationale et internationale (marketing de la demande et promotion), développer un œnotourisme à impacts positifs (qualité et design de l’offre), assurer un leadership et anticiper les changements (gouvernance et influence).

Développer l’itinérance touristique
Le schéma régional de l’itinérance touristique adopté lors de l’assemblée plénière du 13 novembre 2020 propose de donner une nouvelle ambition en matière d’itinérance touristique pour faire de la Bourgogne-Franche-Comté, une terre d’excellence d’une itinérance touristique de sens, de diversité et éco-responsable, d’ici 2030.

Le tourisme au cœur de la relance
Le Plan d’accélération de l’investissement régional accorde une large place au secteur du tourisme, autour de quatre thématiques : le développement du tourisme, l’accompagnement du tourisme social, l’accompagnement de l’hébergement et des équipements touristiques et le développement de l’itinérance.

Visuel PAIR

Dans le cadre du plan d’accélération de l’investissement régional, la Région :

  • impulse une stratégie de tourisme durable et d’adaptation climatique, en accompagnant le développement touristique des territoires avec :
    • l’évolution des contrats de station en contrats station « durable » : équipements 4 saisons / diversification, circulation douce, accessibilités, hébergements durables ;
    • l’accompagnement du développement d’autres activités ou destinations telles que celles des parcs, lacs, cascades et rivières ;
  • accompagne le développement des équipements touristiques : appel à émergence de projets pour un tourisme durable ou appel à projets grands équipements.
  • met en place un dispositif dédié aux établissements de tourisme social et familial pour les aider à investir dans leur mise aux normes et leur rénovation thermique.

15,1 M€ 

La Région renforce en 2021 son engagement dans l’adaptation au changement climatique des exploitations agricoles et dans la promotion d’une agriculture durable et locale, à travers de nouveaux dispositifs d’aide aux investissements et son programme régional d’audits.

3 priorités pour 2021

Audits bas carbone
Un programme régional d’audits bas carbone visant la moitié des élevages de Bourgogne‑Franche‑Comté est lancé. Il s’agit d’inscrire les éleveurs vivant de l’économie de l’herbe, omniprésente dans de nombreux territoires de la région, dans une démarche visant simultanément, l’atténuation des effets du changement climatique et la maîtrise des émissions de gaz à effet de serre. Ce programme présente l’avantage de permettre une valorisation positive de l’agriculture. 

Atténuer les effets du changement climatique
La Région soutient les investissements permettant d’atténuer les effets du changement climatique ou de diversifier les revenus en lien avec la maîtrise des émissions de gaz à effet de serre. Les décisions nécessaires pour rendre l’activité agricole compatible avec les nouvelles contraintes climatiques sont de nature agronomique. Elles nécessitent également un investissement lourd, qu’il s’agisse des bâtiments ou des équipements. La Région souhaite donc élargir significativement ses aides à de nouveaux types de dépenses directement liées à l’adaptation au changement climatique.

Agriculture durable et locale
La Région promeut une agriculture durable et locale auprès des consommateurs de Bourgogne‑Franche‑Comté. En effet, les actes d’achat alimentaire des consommateurs évoluent pour privilégier le local mais également pour intégrer des préoccupations éthiques nouvelles. De nombreux pans de l’économie agricole régionale ont vocation à s’impliquer dans ces évolutions positives pour développer les marchés correspondants. La Région, au-delà des soutiens financiers, souhaite accompagner des démarches innovantes, telles que la création d’une marque « juste et local » qui sécurisera le revenu des producteurs.

Visuel PAIR

La Région soutient les investissements permettant à l’agriculture régionale de diversifier ses revenus tout en intégrant les enjeux de la transition climatique, à travers les mesures suivantes :

  • abondement des plans de compétitivité et d’adaptation des exploitations des programmes de développement rural (PDR) ;
  • stockage des eaux pluviales collectées sur les toitures des bâtiments agricoles ;
  • protection des vignes contre le gel tardif ;
  • développement des systèmes agroforestiers ;
  • investissements utiles à la vente directe dans le cadre de circuits alimentaires de proximité ;
  • participation aux coûts de raccordement des installations photovoltaïques sur les toitures des exploitations agricoles au réseau.

12 M€ 

En 2021, la Région poursuit son action de soutien et d’accompagnement aux structures de l’économie sociale et solidaire (ESS) dans le contexte de crise économique et sociale. Il s’agit d’encourager et de garantir la pérennité de structures dont le modèle économique reste parfois fragile, mais créatrices de nombreux emplois dans des secteurs tels que l’aide à domicile, l’insertion ou la gestion et recyclage des déchets. Porteuses de sens et d’emploi solidaire, ces structures sont au cœur de la transformation économique souhaitée dans le cadre de la relance.

3 priorités pour 2021

Aides a l’emploi
La Région soutient de manière volontariste (5 millions d’euros) un dispositif d’aide forfaitaire aux emplois d’insertion dans les entreprises d’insertion et de travail temporaire d’insertion et aux emplois au sein des associations d’aide à domicile. Ce soutien correspond aux priorités du mandat en faveur des emplois à utilité sociale. Cette politique vise à prendre en compte les contraintes spécifiques liées à l’insertion professionnelle et à l’activité économique des secteurs sur lesquels interviennent ces entreprises de l’économie sociale et solidaire (ESS).

Accompagnement des territoires
La Région soutient plusieurs dispositifs d’appui à l’ingénierie des territoires dont le générateur BFC et les fabriques à entreprendre. Ceux-ci appuient le potentiel et structurent la faisabilité économique de projets visant à répondre aux besoins d’innovation sociale. L’accompagnement des territoires (mobilisation de l’ensemble des acteurs du territoire, étude de la faisabilité et de la pérennité des projets) se réalise sur plusieurs années, dans le cadre d’une méthodologie d’accompagnement des territoires éprouvée et partagée par plusieurs opérateurs.

Accompagnement des entreprises de l’ESS
La Région a mis en place un service public de l’accompagnement à la création-reprise d’entreprises sous la forme juridique d’un service d’intérêt économique général (SIEG). Dans ce cadre, elle finance les opérateurs de l’accompagnement d’entreprises de l’ESS (dont France active et les coopératives d’activité). L’accompagnement des porteurs de projets, première aide à ceux qui veulent créer une activité, bénéficie ainsi d’un soutien régional majeur.

Visuel PAIR

A travers le plan d’accélération de l’investissement régional, la Région accélère les investissements dans l’économie sociale et solidaire en mettant en place un fonds de 6 millions d’euros en direction des acteurs de ce secteur.

Budget 2021 : un montant inédit d’1,9 milliard d’euros pour protéger et anticiper

Budget 2021 : un montant inédit d’1,9 milliard d’euros pour…

Lire l'article
11 déc 2020
Assemblée plénière du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, jeudi 15 novembre 2018 - Crédit Région Bourgogne-Franche-Comté / David Cesbron

Budget : la Région renforce sa section investissements

Lire l'article
20 nov 2018
Toute l'actualité

Une question, une demande ? Contactez directement nos équipes !

Nous contacter