L’enseignement supérieur, au cœur du contrat métropolitain signé avec Besançon

La Région Bourgogne-Franche-Comté et le Grand Besançon ont signé un contrat d’engagements mutuels, portant sur les projets d’investissements majeurs de l’agglomération bisontine de ces trois prochaines années. La Région y contribuera à hauteur de 40 M d’euros.

C’est acté ! Présenté il y a un mois, le contrat de développement métropolitain a été paraphé lundi 12 novembre entre Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté et Jean-Louis Fousseret, président du Grand Besançon. La signature a eu lieu en plein cœur du campus de Besançon, à l’intérieur du restaurant universitaire Lumière. Normal : sur les 40 M d’€ que la Région va apporter pour financer les projets inscrits au contrat, 75% seront destinés à l’enseignement supérieur et à la recherche.
En préambule à cette signature, était d’ailleurs prévue une visite des principaux projets inscrits sur le campus de la Bouloie : un passage à l’Institut Supérieur d’Ingénieurs de Franche-Comté (ISICC) qui sera agrandi avec la création d’un nouveau bâtiment pouvant accueillir 250 à 300 étudiants supplémentaires. Puis une visite du futur learning center et son ambitieux projet de création de la bibliothèque universitaire du futur. Les élus se sont également rendus sur le campus sport pour évoquer la requalification du site, sur le site du futur jardin de la découverte et des savoirs, avant de terminer le périple sur l’espace qui accueillera le siège régional du Centre Régional des Œuvres Universitaires et Sociales (CROUS), déjà en travaux.

« Il n’y a pas de grande région sans grande université »
« 40,2 millions d'euros de subventions de la région, c’est énorme », a rappelé un Jean-Louis Fousseret heureux et fier de « préparer le campus universitaire du 21e siècle dont Besançon a besoin. » Le Président du Grand Besançon a concédé qu’il avait dû revoir ses plans, remisant son projet de centre aqua-ludique dans les cartons, pour « coller à la politique régionale ». Une politique que Marie-Guite Dufay n’a eu de cesse de rappeler : « il n’y a pas de grande région sans grande université. 40 millions d'euros, c’est effectivement beaucoup d’argent. Mais l’université, l’innovation et la recherche sont les fondements de notre projet de développement pour la Bourgogne-Franche-Comté. Je suis heureuse aujourd’hui de signer ce contrat, qui, je le rappelle, n’aurait pas pu se faire sans la fusion des deux anciennes régions. Nous avons changé d’échelle, et monté notre capacité d’investissement de 300 à 500 millions d'euros. » 200 M€ supplémentaires, qui vont profiter à toute une région.

Contrat de développement métropolitain, quèsaco ?

1.    Qu’est-ce qu’un contrat de développement métropolitain ?
C’est un outil, mis à disposition par la Région Bourgogne-Franche-Comté, pour soutenir le dynamisme des plus grands pôles urbains de la région. Notamment pour les épauler dans leurs charges de centralité (enseignement supérieur, recherche, développement économique, santé, transitions). La région s’accorde avec les plus grands pôles régionaux pour cofinancer leurs principaux projets durant la période 2018-2020.

2.    En quoi consiste le contrat de développement métropolitain avec le Grand Besançon ?
C’est un contrat sans précédent ! Les projets du Grand Besançon se chiffrent à 156 M d’€ pour les trois prochaines années. La Région y contribuera à hauteur de 40,2 M d’€. Plus de 30 M d’€ seront notamment destinés à l’enseignement supérieur-recherche projet (Synergie Campus, création du learning center, projet Area Campus sport…) et au réaménagement du site Saint-Jacques à Besançon (Cité Internationale des Savoirs et de l’Innovation incluant la future grande bibliothèque). Parmi les 29  projets fléchés, citons la réhabilitation énergétique de logements sociaux, la réhabilitation de la friche industrielle des Prés-de-Vaux, la rénovation du musée de la Résistance et de la Déportation, la modernisation de la piscine Chalezeule, le développement des liaisons douces (vélo, piéton), la création d’une nouvelle salle d’escalade de dimension internationale  et la réhabilitation d’une crèche.

3.    Quels sont les autres contrats métropolitains ?
Un premier contrat métropolitain a déjà été signé avec la métropole dijonnaise, en mars dernier. 50 M d’€ ont ainsi été dégagés par la Région pour soutenir Dijon métropole dans ses différents projets, chiffrés à plus de 250 M d’€. Le contrat de développement métropolitain avec la Communauté urbaine du Creusot-Montceau sera lui signé le 20 décembre 2018. Quant au pôle Nord Franche-Comté, l’élaboration du contrat est en cours.

4.    Et les autres territoires ?
La Région soutient tous ses territoires, à tous les niveaux. 35 contrats dits « Cap Territoire » sont ainsi dotés d’une enveloppe globale de 90 M d’€ pour la période 2018-2020. Ils s’adressent aux communautés d’agglomérations et aux communautés de communes. Par ailleurs, 30 M d’€ alimentent les 40 contrats de revitalisation bourg-centre, soutenant les plus petites communes notamment en milieu rural.

Label villes et villages fleuris 2018 : le palmarès

Lire l'article
28 nov 2018

La Nièvre : « Loin des yeux, mais près du cœur »

Lire l'article
26 nov 2018

Une Région à l’écoute du territoire

Lire l'article
16 oct 2018
Toute l'actualité
Article du 15/11/2018 12:35, modifié le 27/11/2018 11:51

Une question, une demande ? Contactez directement nos équipes !

Nous contacter