La Bourgogne-Franche-Comté pense l’Europe de demain

La semaine du 1er au 5 octobre 2018 aura été placé sous le signe de l’Europe. Au programme, visite ministérielle, consultation citoyenne et concertation sur les programmes européens post-2020.

Lundi 1er octobre, l’Institut national supérieur des sciences agronomiques, de l’alimentation et de l’environnement, AgroSup Dijon, a ouvert ses portes pour une consultation citoyenne sur l’Europe. Pour l’occasion, Nathalie Loiseau, ministre chargée des affaires européennes, avait fait le déplacement pour rencontrer les principaux acteurs de l’agriculture régionale et débattre sur le thème de l’agriculture et de l’alimentation.

Après un mot d’accueil de François Roche-Bruyn, directeur général d’AgroSup, le sénateur de Côte-d’Or François Patriat a ouvert la séance avant de donner la parole à Patrick Ayache, vice-président de la Région en charge, notamment, de l’action européenne et internationale, mais aussi président de la Maison de l’Europe en Bourgogne-Franche-Comté. « La baisse évoquée de 15 % du budget de la PAC est inenvisageable », a-t-il confié à la ministre pour qui « la PAC n’est pas une politique traditionnelle mais au contraire la plus moderne ». Pour la France, « une baisse de la PAC est inacceptable et ne sera donc pas acceptée », a-t-elle ajoutée.

À l’issue de cette rencontre, la ministre en charge des affaires européennes s’est ensuite dirigée vers la Préfecture avec Bernard Schmeltz, préfet de Région, pour y rencontrer Marie-Guite Dufay. En compagnie d’un panel de citoyens tirés au sort, la présidente de la Région a remis à la ministre le compte-rendu des consultations citoyennes sur l’Europe de la Bourgogne-Franche-Comté.

Concertation sur l'Europe

Une concertation sur les programmes européens 2021-2027

Mardi 2 octobre, la Région, l’Etat et l’AFCCRE (association française du conseil des communes et régions d’Europe) ont organisé un dialogue sur la politique européenne de cohésion, dans le cadre de l’initiative #EUinmyRegion, mise en place par la Commission européenne. « Il faut que nous saisissions l’opportunité qui nous est donnée d’exprimer notre attachement aux interventions européennes sur nos territoires et plus globalement à une Europe ouverte et solidaire », a souligné Marie-Guite Dufay dans son discours liminaire.

La présidente de la Région a donné le coup d’envoi de la concertation sur les programmes européens post-2020 en Bourgogne-Franche-Comté, en compagnie de Bernard Schmeltz. « Jacques Delors présentait cette politique de cohésion comme l’« un des fondements du contrat de mariage entre les Etats membres », notant qu’elle a « donné chair au triptyque qui […] illustre le modèle européen : la compétition qui stimule, la coopération qui renforce, la solidarité qui unit », a rappelé le préfet de Région.

Organisée en deux temps, la réunion a permis de présenter des réalisations aidées par l’Europe dans le cadre de l’actuelle programmation. Edouard Prost, directeur adjoint du Parc naturel régional du Haut-Jura, Camille Prat, coordinatrice de l’association « Accueil paysan Bourgogne », et Sabah Mahiddine, directrice de l’association « FripVie », sont venus témoigner, avant d’être amenés à se projeter dans l’avenir et à échanger sur des questions stratégiques ou sur la simplification nécessaire des fonds européens.

L’Europe est-elle toujours une bonne idée ?

Lire l'article
28 sep 2018
Toute l'actualité
Article du 05/10/2018 15:09, modifié le 27/11/2018 11:51

Une question, une demande ? Contactez directement nos équipes !

Nous contacter