Le paysan-vigneron

58 Nièvre

Il y a cru et il a eu raison : parti de rien, Emmanuel Charrier est aujourd’hui à la tête de son domaine viticole en coteaux du Giennois.

Aujourd’hui propriétaire de 9 hectares de vignes dans la Nièvre, Emmanuel Charrier a transpiré depuis 16 ans pour en arriver là. Fils de paysan, il n’était pas destiné à devenir vigneron : « mes parents avaient tracé ma vie : école catholique, collège agricole… en tant qu’aîné de la famille, je devais reprendre l’exploitation familiale. » Mais à 20 ans, un BTS en poche, Emmanuel a d’autres projets que celui de cultiver des céréales. Un stage chez un vigneron à Menetou-Salon lui ouvre la porte de l’univers du vin. Après six ans d’expérience dans le Cher, il revient dans sa Nièvre natale et reprend la ferme familiale, située à quelques kilomètres de l’appellation Coteaux du Giennois. La SAFER lui déniche quelques ares de vignes à exploiter, et il trouve dans l’appellation des vignerons qui lui ouvrent les bras : « Je n’ai pas beaucoup d’argent, j’achète ce qu’on me propose. » Morcelé, son domaine se dessine petit à petit, s’étalant sur plus de 20 kilomètres : « Ce n’est pas un choix. C’était même une sacrée contrainte au départ. Mais aujourd’hui, avec les aléas climatiques, la grêle, le gel, cet inconvénient, j’en ai fait une force. »

« Ne fais pas de rouge, c’est invendable »
Avec sa fibre paysanne, il fait du travail du sol sa marque de fabrique. Il arrache à tour de bras pour replanter ses ceps, ses cépages : « On m’avait dit : ne fais pas de rouge en Coteaux du Giennois, c’est invendable ; finalement, c’est ce que je fais de mieux. » Têtu, curieux, il teste, évolue, se transforme. Lui qui a vécu une enfance dans le milieu de la culture intensive ne veut plus reproduire les erreurs du passé : « Mon oncle est mort à 62 ans. Il était agriculteur, montait dans le tracteur sans cabine. On ne sait pas de quoi il est mort, mais au fond, on le sait tous … » Emmanuel fait ses premières démarches pour passer en bio en 2016 : « Ça fait maintenant 5 ans que je n’utilise plus d’her­bicide. Aujourd’hui, quand un voisin traite ses champs, ça pue ! Je le sens, alors qu’avant, c’était mon quotidien. » À 46 ans, Emmanuel Charrier n’a plus rien à prouver. Élu président du syndicat viticole des Coteaux du Giennois en octobre 2020, il peut être fier du travail accompli depuis ses débuts : « Je suis propriétaire de mes terres, ce sont mes vignes, mes cépages. C’est une vraie fierté car je suis parti de rien. J’ai planté mes premières vignes pendant la canicule de 2003. On était sur les coteaux torses nus à 9 h, en nage. Il fallait être fou ! »

Domaine de L’Epineau
7 Allée des sources – Paillot
58150 Saint-Martin-sur-Nohain
Tél. 03 86 22 57 15
contact@domaine-epineau.com

Les haies végétales ont prouvé leurs bienfaits pour limiter le réchauffement climatique, ici l'une de celle primée lors du concours - Photo DR

Sauvez les prairies pour garantir l’agriculture de demain

Lire l'article
29 fév 2024
Pain d’épice et miel du Jura : le petit déjeuner parfait pour commencer une journée de déambulation sur le pavillon Bourgogne-Franche-Comté. Photo : Xavier Ducordeaux.

Salon de l’agriculture : l’heure de la réconciliation

Lire l'article
28 fév 2024
Concours des chevaux Comtois, mercredi 28 février 2024 au salon de l’Agriculture - Photo Océane Lavoustet

SIA 2024 : les chevaux Comtois galopent vers les médailles

Lire l'article
28 fév 2024
Toute l'actualité
Article du 16/08/2021 10:05, modifié le 04/03/2022 11:59

Une question, une demande ? Contactez directement nos équipes !

Nous contacter