Aider l’agriculture à répondre au défi climatique

Les exploitations agricoles de Bourgogne-Franche-Comté peuvent être accompagnées afin de réduire leurs émissions de carbone et adapter leur modèle économique au changement climatique.

Début avril, les gelées qui ont condamné une partie des vendanges 2021 dans les vignobles de Bourgogne, du Jura ou de la Nièvre l’ont cruellement rappelé : les agriculteurs et agricultrices sont en première ligne face aux impacts du changement climatique. Ils doivent composer de plus en plus souvent avec des épisodes météorologiques extrêmes : sècheresses à répétition, violents orages et vagues de gel succédant à des redoux précoces.
Aussi, dans le volet « transition écologique et énergétique » de son
plan d’accélération de l’investissement, la Région Bourgogne-Franche-Comté consacre une série de mesures à l’accompagnement des exploitations agricoles. Il s’agit d’abord de les aider à faire face à ces aléas dramatiques. Ainsi, 500 000 € d’euros sont dédiés au soutien aux investissements de protection contre le gel en viticulture. La Région pourra ainsi participer à l’achat de tours anti-gel, de fils électriques chauffants ou d’autres équipements de lutte active contre le gel après la réalisation d’une étude préalable aux investissements.

Les éleveurs confrontés aux sécheresses récurrentes peuvent, quant à eux, bénéficier d’une aide pour le stockage et le traitement des eaux pluviales destinées à l’abreuvement des animaux. Inscrit également dans le plan d’accélération à hauteur d’1 million d’euros, ce dispositif, ouvert en 2020, a déjà permis à 326 exploitations de Bourgogne-Franche-Comté de récupérer l’eau issue des toitures de leurs bâtiments.

Des solutions pour stocker le CO2
Au-delà de cette réponse immédiate, la collectivité souhaite aussi inciter les exploitations à participer à la lutte contre le dérèglement climatique. En effet, en adaptant leurs pratiques et leurs modèles économiques, les agriculteurs peuvent réduire leurs émissions d’équivalents carbone liées par exemple à la production de méthane des bovins ou à la fertilisation minérale des cultures. Ils peuvent même stocker du CO2 en augmentant les surfaces de prairie ou la couverture des sols.
Afin de les aider à s’engager dans cette transition, la Région a lancé un appel à projets « Conseils bas carbone ». Ce dispositif s’adresse aux organismes de conseil technico-économique à même de réaliser des diagnostics sur les émissions des exploitations et de proposer des plans sur cinq ans afin de diminuer leur empreinte carbone ; 80 % du coût de la prestation pourra être pris en charge.
Un des moyens pour stocker du CO2 et limiter les émissions de gaz à effet de serre, c’est de planter des arbres dans les parcelles agricoles.
L’agroforesterie –c’est-à-dire l’association des arbres et des cultures– est aussi bénéfique pour la biodiversité tout en permettant d’améliorer le revenu des agriculteurs grâce à  la valorisation des produits forestiers (vergers, bois-énergie, plants truffiers...). Par conséquent, un appel à projets « Développement des systèmes agroforestiers »  est doté de 300 000 €. Les plantations de haies au cœur des parcelles agricoles pourront être financées à hauteur de 80 %.

Pose de la première pierre de la station hydrogène vert Dijon nord, mercredi 19 mai 2021 - Photo Région Bourgogne-Franche-Comté

Dijon mise gros sur l’hydrogène "vert"

Lire l'article
20 mai 2021
Métabief invente la montagne de demain

Métabief invente la montagne de demain

Lire l'article
17 mar 2021
Coquelicot Place du Maréchal Leclerc à Besançon (25) - Photo David_Cesbron

Plus de nature pour faire baisser la température

Lire l'article
11 mar 2021
Toute l'actualité
Article du 29/04/2021 14:19, modifié le 04/05/2021 10:29

Une question, une demande ? Contactez directement nos équipes !

Nous contacter