Des patates bio bon marché, c’est possible !

89 Yonne

En complément de son élevage bovin, Etienne Prévot cultive des légumes biologiques de plein champ depuis une douzaine d’années. il milite pour que ses produits soient vendus au juste prix et accessibles au plus grand nombre.

Des engrais chimiques et des pesticides, Étienne Prévot en a utilisés pendant 17 ans. En 1992, il a repris la ferme familiale à Sainte-Magnance (89), sur les contreforts du Morvan, et poursuivi l’activité de ses parents en grandes cultures. Jusqu’à un jour de 2008 : « après un traitement insecticide sur du colza, j’ai été malade toute la nuit. Alors je me suis dit, l’année prochaine, je passe en bio. » Dès 2009, il convertit donc progressivement ses 120 ha en agriculture biologique. Mais quel système adopter pour que l’exploitation soit rentable ? Et garantisse à l’agriculteur la liberté à laquelle il aspirait ?
Étienne Prévot opte pour une nouvelle production de légumes de plein champ en complément de son troupeau de 55 vaches. Les prairies, les céréales et la luzerne nourrissent Charolaises et Aubracs qui fournissent le fumier servant d’engrais aux légumes : ce cercle vertueux assure une totale autonomie à la ferme. Pour le maraîchage, Étienne choisit des légumes-racines – pommes de terre, carottes, oignons, betteraves, navets – et des courges dont la production et la récolte sont facilement mécanisables. Aujourd’hui, 18 ha sont consacrés à ces cultures, dont une quinzaine rien que pour les pommes de terre.

Pas plus de 2 € le kilo
Pour rester totalement indépendant, l’agriculteur vend direc-tement ses légumes, sans intermédiaire. « Dans le système conventionnel, l’agriculteur ne fait jamais de facture, c’est l’acheteur qui la fait pour lui et fixe le prix, fait-il remarquer. Moi au départ, j’étais un peu timide. Je ne savais pas me vendre. Je me disais qu’un paysan c’était fait avant tout pour produire. Mais maintenant, j’ai pris plaisir à facturer ! ». Il a désormais une clientèle bien établie : magasins bio, petites et grandes surfaces, collèges, lycées et cuisines centrales.
Le maraîcher s’offre même le luxe de fixer une condition à ses clients : « Je suis contre les prix trop chers, ce n’est pas possible de voir des pommes de terre bio à 3 € le kilo. Moi, comme je fais de gros volumes, je vends aux magasins à un tarif correct, autour d’1,50 €. Alors je leur demande de ne pas dépasser 2 € pour le prix de vente aux consommateurs ! ».
Seul sur l’exploitation, Étienne Prévot partage avec un collègue agriculteur le projet d’ouvrir un magasin de producteurs bio/boulangerie dans la commune voisine de Rouvray d’ici un ou deux ans. Après avoir installé une chambre froide cette année, il pense aussi à irriguer quelques parcelles. Douze ans après sa conversion en bio, l’homme s’épanouit totalement. « J’ai retrouvé le goût de travailler : on arrive à faire bouillir la marmite et on a des bons retours des clients. »

Sainte-Magnance Bio
31, rue de la Chaume Lacarre
89420 Sainte-Magnance
Tél. 06 71 39 62 10
saintemagnancebio.fr
Vente à la ferme uniquement sur commande (par téléphone)

Foire aux saveurs d’automne à Pouilley-Français (25) - Photo DR

Toutes les saveurs à Pouilley-Français

Lire l'article
27 sep 2021
Inauguration VitiLab à Davayé (71) - Photo Gaétan Bouvier

Tech et ceps : le numérique au service du travail de la vig…

Lire l'article
21 juil 2021
Armelle Dubois, de la ferme Dubois, située à Varois-et-Chaignot, en Côte-d’Or - Photo DR

Vente directe, circuits courts : les agriculteurs de plus e…

Lire l'article
14 juin 2021
Toute l'actualité
Article du 05/08/2021 10:19, modifié le 05/08/2021 14:08

Une question, une demande ? Contactez directement nos équipes !

Nous contacter