Salon de l’agriculture : les Montbéliardes dans les starting-blocks

Le départ a été donné ce jeudi 23 février, vers 14 h30, à Vercel dans le Doubs. Huit vaches de race Montbéliardes et deux Prim’Holstein ont pris la route avec leurs éleveurs, direction ParisExpo-Porte de Versailles.

C’était un peu leur tapis rouge avant le plus gros événement agricole de l’année. Obade, Pâquerette, Jacquette ou bien encore Ibérique étaient les stars du jour. Plusieurs centaines de personnes sont venues aux entrepôts Vivot, à Vercel, observer les dix vaches (Montbéliardes et Prim’Holstein) installées dans leur box et en partance pour le salon internationale de l’agriculture (SIA) de Paris, où elle défileront lors du traditionnel concours général dédié à leur race.
Une bonne ambiance festive régnait ce jeudi 23 février mais la pression était palpable. Celle des éleveurs, qui s’apprêtaient à charger et voir partir leur bétail en gros camion de transport, avec la perspective d'une ardue compétition. Dans cette vitrine de l’excellence qu’est le SIA, leurs protégées devront se frotter à l’élite bovine française…
« C’est un moment mémorable dans la vie d’un éleveur qui commence dès le départ dans nos terres », selon Julien Jouille, président du syndicat des éleveurs de Montbéliardes du Doubs. « Dans ce contexte d’inflation qui impacte aussi les agriculteurs, c’est aussi un moment de fête, une fierté qui vient récompenser le long travail de sélection que nous faisons tous, toute l’année ».

« En tant qu’éleveur, on va à Paris quand on a la vache susceptible de passer et non juste par envie », témoigne Jean Michel Talon, éleveur de Pervenche, trois ans et demi. Lui, vient du Territoire de Belfort : « Notre vache s’est faite remarquer sur quelques concours et foires dont celle de Besançon, nous avons pensé qu’elle en était capable. Nous allons tout faire pour honorer la race, cela fait vingt ans que le Territoire de Belfort n’avait pas été représenté côté Montbéliardes ! ».

Laurette De Gribaldi accompagnée de Guy son père tente le coup pour la première fois avec une belle fleur aux supers-mamelles nommée Pâquerette : « Elle n’est pas stressée mais moi oui, un peu ! confie la jeune femme venue du Val-de-Morteau. Nous allons nous confronter à l’élite, nous tentons le tout pour le tout pour la première fois. Pâquerette est bien préparée les six heures de transport vont bien se passer » espérait-elle à quelques minutes du départ.


Au soir, 20 chevaux Comtois ont aussi pris la route pour rejoindre leurs comparses Montbéliardes. Leur concours est prévu mercredi 1er mars à 9h30.

Les huit Montbéliardes du Doubs présentes à Paris.

  • Parisienne au Gaec Carrey-Guyat à Déservillers
  • Réelle au Gaec des Orchidées à Mancenans-Lizerne
  • Pâquerette de Guy De Garibaldi aux Gras
  • Pervenche à l’EARL Talon à Villars-le-Sec
  • Nafnaf au Gaec Martin des Prises à Maîche
  • Obade au Gaec Gagelin à Montperreux
  • Jaquette au Gaec Chez Le Roi aux Fins
  • Ibérique au Gaec des Clarines Mougin à Grand-Combes-des-Bois

Le dimanche 26 février, ce sont 41 vaches montbéliardes qui seront en compétition au salon, dont 24 de Bourgogne-Franche-Comté.

« L’engouement est très fort ici »

Solidité, aplomb, morphologie et qualité de mamelle sont observées à la loupe par la commission de tri du Doubs lors de la sélection. Cette année, elle s’est réalisée sous la houlette de Nicolas Bucher lui-même éleveur à Ecurcey. Le trio a passé au crible un total de 113 vaches depuis janvier dernier pour n’en garder que huit, au final. « Je me suis focalisé là-dessus à 100 % et j’y ai consacré tout mon temps, assure Nicolas Bucher. La pression est bien là face à l’enjeu que représente ce concours général et le salon. Et puis il y a l’engouement très fort ici la foule présente aujourd’hui en témoigne. Nous sommes dans un département de passionnés et la filière a un très bon dynamisme. De plus nous avons un lien particulier avec la capitale, la reconnaissance officielle de la race a eu lieu en 1889 lors de l’exposition universelle de Paris ! »

Eric Lacombre possède 120 hectares de prés et 80 bêtes, à Ternant - Photos Emmanuelle Baills

Bêtes de concours, épisode 3 : retour à la ferme

Lire l'article
9 mar 2023
Les volaille de Bresse est à ce jour la seule volaille AOP du monde

Volaille de Bresse : les étiquettes qui inquiètent

Lire l'article
3 mar 2023
L’association Réseau Vrac était présente au salon international de l’agriculture 2023 - Photo Emmanuelle Baills

La Bourgogne-Franche-Comté engagée aux côtés de Réseau Vrac

Lire l'article
3 mar 2023
Toute l'actualité
Article du 24/02/2023 11:12, modifié le 28/02/2023 09:30

Une question, une demande ? Contactez directement nos équipes !

Nous contacter