PRIC : attention au crac…

Alors que l’Etat s’interroge sur sa future politique de soutien à l’emploi et à la formation, la Région Bourgogne-Franche-Comté présentait hier son bilan.

A la table du PRIC : Franck Robine, préfet de Région, Carine Seiler, haut-commissaire aux compétences, Marie-Guite Dufay, présidente de Région et Isabelle Liron, vice-présidente en charge de la formation professionnelle. Photo : Région Bourgogne-Franche-Comté, Xavier Ducordeaux.

« Je crois que l’on peut tous être fiers du travail accompli. » Affichant un large sourire, Marie-Guite Dufay ouvrait vendredi 18 novembre 2022 la journée d’évaluation annuelle du Pacte Régional d’Investissement dans les Compétences (PRIC). Signé en 2018, il avait pour objectif d’investir massivement sur la période 2019-2022 en faveur de la formation professionnelle. Avec une cible prioritaire : les publics les plus éloignés de l’emploi. Quatre ans plus tard, les objectifs sont atteints : « On a formé plus de 100 000 personnes, c’est 20 % de plus que ce que nous visions sur la période » complète la Présidente de Région.

780 millions d’investissements
Parmi les bénéficiaires, une majorité de personnes vulnérables : 60 % n’avaient aucune qualification, 20 % étaient bénéficiaires du RSA et 40 % avaient moins de 30 ans. Les effets sur le retour à l’emploi sont remarquables : « On observe un taux d’insertion à l’emploi de 69 % dans les six mois après la sortie de formations qualifiantes » précise Marie-Guite Dufay. Fin des bonnes nouvelles. Le sourire de la Présidente de Région a disparu de son visage. Car si le bilan est bon, l’avenir, lui, est plus incertain : « L’annonce par le ministre du Travail de la refonte du Plan d’Investissement dans les Compétences (PIC), assortie de la disparition du Haut-commissariat, laissent présager de la suppression à venir du volet régional du dispositif » s’inquiète Marie-Guite Dufay, qui rappelle les montants investis : « depuis 2018 et jusqu’en 2023, 780 millions d’euros d’investissements, soit 362 millions d’euros pour l’État et 416 millions d’euros pour la Région. »

Un bilan positif, que la Présidente de Région a pu défendre en début d’après auprès d’Olivier Dussopt. Le ministre du Travail, alerté par les inquiétudes de la Présidente, était en déplacement à Dijon dans l’après-midi. Il a pu s’entretenir durant près d’une heure avec Marie-Guite Dufay. Le ministre en est ressorti confiant : « On va se donner l’année 2023 pour construire France Travail. On va modifier la manière dont on accompagne les allocataires du RSA pour qu’ils aient plus d’activités d’insertion, de formation. Dans cette réflexion, évidemment que le PIC va continuer, et il faut que l’on voie comment bien « tricoter » les choses entre la Région, l’Etat, Pôle Emploi, les acteurs, pour avoir un seul objectif : l’efficacité et le plein emploi. »

Océane Charret-Godard, vice-présidente de la Région, a fait découvrir au ministre Olivier Dussopt le CESAM de Dijon. Photo : Région Bourgogne-Franche-Comté, Xavier Ducordeaux.

Pour constater les résultats du PRIC Bourgogne-Franche-Comté, Olivier Dussopt était convié à une visite du CESAM. L’association dijonnaise est spécialisée dans la formation des demandeurs d’emplois. Elle est notamment porteuse du DAQ 2.0 sur la zone de Dijon : un parcours de formation sécurisé et personnalisé avec un accompagnement du bénéficiaire dès l’entrée et jusqu’à 6 mois après la fin du parcours. Depuis le lancement du DAQ 2.0 à Dijon en 2019, 1 100 stagiaires ont été formés. Nadège, 44 ans, est en train de suivre une formation sur les outils numériques : « J’ai eu une vie assez compliquée. Mais là, je réalise mon rêve de toujours en fait : faire du dessin, du graphisme. Le DAQ m’a apporté toutes les compétences pour ça. Compétences techniques, mais aussi compétences humaines : savoir s’exprimer, savoir coopérer. J’étais un peu perdue. Cette formation m’a redonné de l’énergie, de l’espoir. »

« Step by day » : Nadège retrouve peu à peu le sourire grâce au DAQ 2.0. Photo : Région Bourgogne-Franche-Comté, Xavier Ducordeaux.

Nicolas, la cinquantaine, suit une formation sanitaire et sociale. Il fait partie des deux seuls hommes d’un groupe de 12 stagiaires : « J’ai travaillé pendant 23 ans dans le bâtiment, mais cela faisait près de 5 ans que je travaillais comme bénévole dans une association. Ça m’a énormément apporté ; aider les gens, c’est devenu une vocation. Quand mon entreprise a fermé, j’ai saisi l’occasion, je suis venu au CESAM pour tenter ne nouvelle aventure et être utile à la société. »

Fort de son expérience associative, Nicolas veut rebondir et s’investit dans une formation sanitaire et sociale. Photo : Région Bourgogne-Franche-Comté, Xavier Ducordeaux.

Les témoignages de Théo, Youssef et Chloé vont dans le même sens : « Ces témoignages montrent l’importance de l’ancrage régional que nous avons donné au PIC, appuie Océane Charret-Godard, vice-présidente de la Région ; les résultats sont là : ne cassons pas cette dynamique et le travail partenarial que nous avons réussi à mettre en place ces dernières années ». Le message est passé …

Vous êtes concernés ?

Rendez-vous sur le site « J’ai ma place » ou composez le 09 71 04 73 78 pour trouver :

  • Des milliers de places de formations ouvertes chaque année
  • Plusieurs centaines de formations référencées et gratuites
Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) à Semur en Auxois - Photo DR

Et si vous deveniez infirmier, l’an prochain ?

Lire l'article
3 nov 2022
Signature de la convention France 2030 - Photo Région Bourgogne-Franche-Comté, Xavier Ducordeaux

Du simple au double

Lire l'article
4 oct 2022
Patrick Molinoz, vice-président de la Région en charge du numérique - Photo Région Bourgogne-Franche-Comté Xavier Ducordeaux

Des chèques numériques pour les 16-25 ans

Lire l'article
28 juin 2022
Toute l'actualité
Article du 19/11/2022 01:43, modifié le 21/11/2022 09:31

Une question, une demande ? Contactez directement nos équipes !

Nous contacter