photos publications vidéos
newsletter
FB rss
Merci de patienter ...

Une rentrée scolaire sous le signe de la réussite

En déplacement, mardi 6 septembre 2016, au lycée Duhamel à Dole (39) et à l’établissement régional d’enseignement adapté (EREA) Fournier à Beaune (21), Marie-Guite Dufay a rappelé l’engagement fort de la région Bourgogne-Franche-Comté en faveur des lycéens, apprentis et étudiants et de leur famille.

Déplacement de Marie-Guite Dufay, présidente de la région

Déplacement de Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, à l’occasion de la rentrée scolaire 2016-2017, mardi 6 septembre 2016

© crédit : David Cesbron

L’objectif de la région Bourgogne-Franche-Comté est de garantir aux jeunes les meilleures conditions d’études nécessaires à leur réussite. Elle investit ainsi, à hauteur de 110 millions d’euros, pour moderniser les lycées, les rendre efficaces énergétiquement et accessibles aux personnes à mobilité réduite. Illustration au lycée Jacques Duhamel à Dole où une extension de l’internat, restructuré en 2012, va débuter pour accueillir les 252 élèves des trois lycées de la ville. Il est également prévu des travaux au pôle de biotechnologie visant à augmenter sa capacité d’accueil et à créer un laboratoire. A l’EREA Alain Fournier de Beaune, c’est un nouveau bâtiment de 950 m2, véritable lieu de vie et de partage, qui a été construit et accueille l’internat, un foyer, une cuisine pédagogique, une lingerie, l’infirmerie, etc. « Parallèlement, nous apportons notre aide aux familles à travers différents dispositifs et travaillons par exemple actuellement à la mise en place d’une tarification sociale pour la restauration et l’hébergement » a expliqué Marie-Guite Dufay, entourée de Stéphane Guiget, vice-président chargé des lycées et Sylvie Laroche, vice-présente chargée des formations et de l’apprentissage.

Etre plus efficace sur l’orientation des jeunes
Pour contribuer à la réussite et à l’égalité des chances de toutes et tous, la prise en compte du numérique est une question primordiale pour la région, qui a d’ailleurs créé une direction dédiée au numérique éducatif. « Depuis 2013, les évolutions sont importantes et nous travaillons pour identifier les disciplines pour lesquelles l’outils numérique pourra, à terme, remplacer les manuels scolaire. Notre objectif est aussi de rationaliser » explique Stéphane Guiget.
Aux côtés de Jean-François Chanet, recteur de l’académie de Besançon, chancelier des universités, recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté, et de Frédérique Alexandre-Bailly, rectrice de l’académie de Dijon, chancelière des universités, la présidente a enfin rappeler la responsabilité qui incombait à la région concernant l’élaboration de la carte des formations. « La réussite des élèves passe par la réussite de cette carte, construite main dans la main avec les deux rectorats. Elle change chaque année en fonction des besoins et des évolutions du monde économique. C’est un enjeu important et complexe. Il faut que nous arrivions à être plus efficaces sur l’orientation. Notre priorité est d’amener les jeunes vers les formations techniques et technologiques où il y a un avenir. »

Sécurité dans les lycées
Après une année difficile sur le plan de la menace terroriste et « un été meurtrier », la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté s’est exprimée sur la sécurité dans les lycées « en cette rentrée 2016 pas comme les autres ». « La région est ouverte à toutes les demandes qui émanent des proviseurs, à condition que ce soit fait de façon rationnelle », a-t-elle indiqué, précisant qu’un agent « référent sécurité » serait nommé au sein de la collectivité, chargé entre autres de la formation des agents. Une démarche qui s’inscrit dans le cadre du plan régional de sécurisation des lycées, élaboré par la région en lien étroit avec les services de l’Etat et l’Education nationale et qui sera soumis à l’approbation des élus régionaux. Ce plan doit permettre d’agir sur plusieurs axes :
- en interne, avec la définition de moyens humains et techniques adaptés pour apporter à l’échelle régionale une réponse à l’ensemble des enjeux qui se posent à elle.
- au niveau technique afin de répondre aux sollicitations des établissements (visiophone, sécurisation des portails, alarmes) et traiter de manière homogène les enjeux d’ores et déjà identifiés.
Par ailleurs, à près de 95%, les Plans Particuliers de Mise en Sûreté ont été mis à jour, et permettent d’identifier les établissements les plus fragiles et d’établir des priorités.
 

Retour Retour haut Haut de page imprimer Imprimer
twitter  facebook  g+

Guide des aides