Web MagEn actions


photos publications vidéos
newsletter
FB rss
Merci de patienter ...

Nouvelles délégations

Rencontre avec Maude Clavequin, 8e vice-présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté.

Maude Clavequin

Maude Clavequin

© crédit : David Cesbron

Pouvez-vous nous présenter votre nouvelle délégation ?
Désormais, je m’occupe de « l’enseignement supérieur, de la recherche, et de l’évaluation des politiques publiques ». La Région est directement responsable de la diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle. Rien ne l’oblige à intervenir au niveau de l’enseignement supérieur et de la recherche mais il va de soi que nous intervenions en raison du lien évident avec le développement économique, l’emploi et la formation de la jeunesse. Ceci est tellement vrai que nous avons choisi de maintenir le budget dédié à l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation à hauteur d’environ 35 millions d’euros.
Sur la recherche, nous faisons le choix d’accompagner des politiques de recherche qui nous semblent intéressantes et importantes pour nos entreprises et notre territoire, via notamment différents dispositifs comme le fonds régional d’innovation « laboratoires » ou le programme « jeunes chercheurs entrepreneurs ». Cela permet de créer des ponts entre les entreprises et la recherche.
En matière d’enseignement supérieur, notre rôle, aujourd’hui, est de participer à la mise en relation et en réseau des différents établissements, dans le respect des compétences de chacun,Cela veut dire prendre en compte nos 13 sites universitaires qui sont gages de proximité et renforcer les quatre pôles universitaires qui sont le long de l’arc métropolitain Chalon-Sur-Saône, Besançon, Dijon et Belfort-Montbéliard.


Quels sont les enjeux de cette délégation et vos objectifs jusqu’à la fin du mandat ?

La COMUE UBFC (communauté d’universités et établissements Université Bourgogne-Franche-Comté), créée en 2015, doit réussir car c’est là que se construit, avec les universités et les grandes écoles, l’enseignement supérieur pour les 10 prochaines années. Tous les appels projets remportés par la COMUE UBF depuis sa création (I-Site, « formation continue  », « nouveau cursus  » et « Plan d’Investissement d’Avenir 3 Ecoles universitaires de recherche  ») se sont gagnés à cette échelle-là de temps. Ces réussites renforcent notre conviction selon laquelle la collaboration de l’ensemble des établissements, situé sur l’Arc métropolitain de Chalon-sur-Saône au Nord-Franche-Comté mais aussi dans toute la région, constitue la voie de progrès et de renforcement de l’enseignement supérieur dans notre région.Il est d’autant plus important d’avoir des structures sur toute la Bourgogne-Franche-Comté que c’est un facteur d’attractivité et de développement des territoires. Cette mise en réseau doit être pensée à l’échelle de la grande région, en termes d’aménagement du territoire en lien avec le SRADDET. C’est vrai également pour la recherche, avec la création de pôles d’innovation et d’excellence pour une mise en synergie de tous les acteurs. Je prends l’exemple de l’hydrogène, secteur où les acteurs de la recherche et les industriels travaillent de concert, avec le soutien de la Région, afin d’avancer dans l’émergence d’une nouvelle filière.
Avec l’élaboration du nouveau schéma régional de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (SRESRI) 2018-2021, nous voulons favoriser la formation de haut niveau sur notre territoire, la croissance et l’emploi, mais aussi optimiser notre potentiel de recherche et d’innovation et le valoriser pour peser au niveau national, européen et international. Nous avons sur le territoire des fleurons que nous soutenons comme l’institut FEMTO-ST ou le laboratoire Carnot de Bourgogne et qui nous permettent de conforter ce positionnement d’excellence. Si aujourd’hui des entreprises viennent s’installer, c’est parce qu’elles savent qu’il y a une possibilité de recherche appliquée et de travail partenarial. Peu de gens l’ont relevé mais sur ces derniers mois, notre région a connu une augmentation des embauches en matière de recherche. C’est un signe parmi d’autres de la reprise et de la confiance des acteurs dans l’avenir. Attractivité de notre région, de l’enseignement supérieur, de nos villes, emploi et développement économique : tels sont les enjeux de cette délégation.

 

Retour Retour haut Haut de page imprimer Imprimer
twitter  facebook  g+

Guide des aides

je participe