Crise du Covid-19 : informations à destination des agents

Durant la période de crise actuelle, la Région met en place des dispositions exceptionnelles pour ses agents. Cette page est régulièrement mise à jour. Les informations présentées ci-dessous sont identiques à celles mises en ligne sur l'Intranet de la Région.

Mail du directeur général des services - 4 février 2022 - Situation sanitaire et conditions de travail

Chèr·es collègues,

L’observation du nombre de contaminations au niveau national marque un début de décrue dans la 5e vague de Covid-19. Le pic semble passé. Même si le nombre de contaminations reste très élevé, nous constatons un recul constant depuis le 25 janvier.
Parallèlement, le gouvernement a décidé de lever des restrictions sanitaires depuis ce 3 février. D’autres le seront à compter du 16 février.
Compte tenu de ces signes encourageants, des mesures gouvernementales, et de la période de vacances du 14 au 27 février prochains, en cohérence mais non sans précaution, la région doit faire évoluer sa règlementation interne.
Après concertation avec l’encadrement et la représentation syndicale, je vous présente ci-dessous ce que nous avons décidé de mettre en oeuvre.
 

Concernant les services administratifs

A compter du 14 février jusqu’au 28 février inclus :

  • le PCA (Plan de Continuité de l’Activité) est suspendu,
  • le télétravail de droit commun redevient la norme, moyennant quelques assouplissements suivants :

             - application et maintien du forfait de 85 jours maximum (pour un agent à temps plein) pour la période du 14/2 au 31/12 ; Le télétravail exercé depuis le 1er janvier n’imputera pas le quota de chaque protocole.
              - les agents ayant signé un protocole télétravail, souhaitant encore télétravailler jusqu’à 5 jours par semaine entre le 14/2 et le 27/2, seront autorisés à le faire. L’ensemble de ces jours seront décomptés de leur forfait de jours télétravaillables.
              - concernant les modalités pratiques, le motif PRA-TELEW ne devra plus être utilisé pour des jours télétravaillés après le 11 février. Les demandes devront désormais utiliser le motif TWF.

  • maintien la pause méridienne minimum de 30 minutes,
  • les salles de restauration resteront fermées.

A compter du lundi 28 février

  • retour à une application complète du règlement du télétravail voté en décembre 2021,
  • retour à la pause méridienne minimum de 45 minutes,
  • réouverture des salles de restauration.

Le port du masque reste exigé, dans les espaces ou bureaux partagés ou collectifs (y compris lorsque les bureaux sont équipés de plexiglas), salles de réunion, véhicules transportant plusieurs personnes. Seul l’agent travaillant dans un bureau individuel reste autorisé à ne pas porter son masque dans son bureau.
Il est préconisé une rotation dans les bureaux occupés par trois personnes, chaque fois que cela est possible.
La distance sociale doit être maintenue, également pendant les temps de pause-café et cigarettes.
 

Concernant les lycées et le CREPS
La région continue jusqu’aux vacances de Pâques de permettre les renforts des équipes, à hauteur d’une centaine d’agents contractuels supplémentaires ainsi que le recours à des heures supplémentaires. Le port du masque reste exigé dans les espaces intérieurs collectifs. La distance sociale doit être maintenue, également pendant les temps de pause-café et cigarettes.

Rappel de dispositions communes
Les mesures mises en place depuis plusieurs mois restent d’actualité : - possibilité de disposer d’une ASA (Autorisation Spéciale d’Absence) garde d’enfant s’il n’est pas possible qu’il soit accueilli dans son établissement (cas de Covid de l’enfant, fermeture), - possibilité de se faire vacciner sur son temps de travail, - fourniture de masques et d’autotests.

Passe vaccinal
Seul·es 48 agents travaillant au CREPS, à Châteauneuf, à la Direction des moyens généraux, et à la Direction de la Communication sont concernés par ce passe. Ils ou elles ont reçu un courrier leur rappelant la réglementation en vigueur.

Vous remerciant de votre implication pour l’application de ses dispositions.

Bien cordialement.

Cellules d’écoute et de soutien psychologique

La crise sanitaire que traverse le pays et la mise en place d’un confinement sur une longue période peuvent avoir des conséquences psychologiques pour les agents.

Elle peuvent générer à court et moyen termes du stress, de l’angoisse, un sentiment d’isolement, dans un contexte de perte de repères personnels et professionnels. Afin de limiter les effets du confinement, des services téléphoniques gratuits d’écoute psychologique existent et permettent d’accompagner les agents qui en ressentent le besoin.

Du côté des mutuelles, des numéros d’écoute psychologique ont été mis en place pour leurs adhérents.

  •     Interiale, au 0 801 803 100. Permanence 7 jours sur 7, 24h sur 24,
  •     MGEN et Complémen’Ter (via MGEN ou MNT) le 0 800 105 056. Permanence de 8h30 à 18h30, du lundi au vendredi.

Du côté des hôpitaux, deux lignes téléphoniques ont été mises en place. Elles s’adressent à tout citoyen.

  •     CHRU de Besançon, au 03 81 66 88 22. Permanence 7 jours sur 7, de 8h30 à 18h.
  •     CHRU de Dijon et le centre hospitalier spécialisé la Chartreuse, au 03.80.42.48.05. Permanence du lundi au vendredi de 8h à 18h.

Des professionnels de santé du Jura sont joignables à cette adresse mail :  ecoute.conseil39@gmail.com

Le Ministère des solidarités et de la santé, via le numéro vert 0 800 130 000, peut répondre aux personnes ayant besoin de soutien psychologique. Cette plate-forme téléphonique, qui a aussi vocation à répondre aux questions d’ordre non-médicales sur le Coronavirus, est accessible 7 jours sur 7, de 9h à 19h.

Il est à noter que ces dispositifs sont temporaires et peuvent s’interrompre, ou être adaptés selon l’évolution de la situation sanitaire, sous réserve de personnels disponibles.

Contact Région : Annick Arbey, cheffe du service prévention et conditions de travail - Tél. 07 52 60 39 54.

 

Nouvelles informations du ministère des solidarités et de la santé

Le ministère des solidarités et de la santé et santé publique France ont publié le 18 mars de nouvelles consignes pour savoir que faire face aux premiers signes d'infection au coronavirus COVID-19.

Alerte coronavirus

Les agents régionaux porteurs de maladies chroniques et les femmes enceintes peuvent contacter le service prévention et conditions de travail.

Les mesures mises en oeuvre et les recommandations des autorités sanitaires pour lutter contre la propagation du coronavirus ou COVID-19 évoluent chaque jour.

Les agents régionaux porteurs de maladies chroniques, telles que les cardiopathies, pathologies pulmonaires, pathologies inflammatoires, cancers, ainsi que les femmes enceintes, peuvent s’inquiéter face à cette crise sanitaire.

Si vous êtes concerné.e et inquiet.e , vous êtes invité.e. à contacter le service prévention et conditions de travail de la DRH, afin que vous puissiez bénéficier d'une vigilance particulière, en  lien avec le médecin de prévention, qui pourra demander une adaptation provisoire de votre poste.

Dans le strict respect du secret médical, vous ne devez en aucun cas communiquer la pathologie dont vous être porteur.euse aux collègues de la DRH.

Les assistant.e.s médecine sont à votre écoute :

  •     Franck Aguiar pour les agents dijonnais du siège et les départements 21, 58, 89  - 03 80 44 34 99
  •     Véronique Lamboley pour les agents des départements 39, 71 - 03 81 61 62 24
  •     Charline Myotte pour les agents bisontins du siège et les départements 25, 70, 90 - 03 81 61 64 29
  •     Annick Arbey, chef de service prévention et conditions de travail - 03 81 61 62 67

Ce message ne concerne pas les agents craignant d'être contaminés par le COVID-19 qui doivent s'adresser au 15 ou contacter le 0 800 130 000.

Foire aux questions

Depuis novembre 2021, tous les agents travaillant au sein d'un lycée ou du CREPS disposent de deux masques chirurgicaux par jour.

Les agents vulnérables sévèrement immmunodéprimés, doivent fournir un certificat médical. Ils seront maintenus en ASA (autorisation spéciale d'absence) pour une durée indéterminée.
Les autres agents vulnérables reprendront le travail avec des mesures de protection renforcées mises en place.

Une note de la DGCL du 9 septembre fait évoluer les critères permettant d'être reconnu comme personne vulérable. Le document distingue deux catégories d’agents vulnérables (sévèrement immunodéprimés ou non sévèrement immunodéprimés). 

Sévèrement immunodéprimés :

– Avoir reçu une transplantation d’organe ou de cellules souches hématopoïétiques ;
– Être sous chimiothérapie lymphopéniante ;
– Être traités par des médicaments immunosupresseurs forts (antimétabolites et antiCD20) ;
– Être dialysés chroniques ;
– Être sous immunosupresseurs sans pour autant relever des catégories mentionnées ou être porteur d’un déficit immunitaire primitif (au cas par cas).

Non-sévèrement immunodéprimés :

– Être âgé de 65 ans et plus ;
– Pathologies cardio-vasculaires : hypertension artérielle (HTA) compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), antécédent d’accident vasculaire cérébral, antécédent de coronaropathie, antécédent de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
– Diabète non équilibré ou compliqué ;
– Pathologies respiratoires chroniques susceptibles de décompenser lors d’une infection virale : broncho pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d’apnées du sommeil, mucoviscidose notamment ;
– Insuffisance rénale chronique dialysée ;
– Obésité avec indice de masse corporelle (IMC) ≥ 30 kg/m2 ;
– Cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;
– Cirrhose au stade B au moins du score de Child-Pugh;
–  Syndrome drépanocytaire majeur ou antécédent de splénectomie ;
– Maladies du motoneurone, myasthénie grave, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, paralysie cérébrale, quadriplégie ou hémiplégie, tumeur maligne primitive cérébrale, maladie cérébelleuse progressive ;
– Être au troisième trimestre de la grossesse ;
– Être atteint de trisomie 21.

Non. Tous les jours non travaillés (dont les congés annuels et les jours de fractionnement) initialement prévus pendant les vacances de printemps ont été considérés comme non pris. Cette période correspondra à un chiffre forfaitaire de 6 jours de congés, appliqué à tous les agents. Ces jours seront déposés sur un compte spécifique créé sur le logiciel Myantiriad (utilisé par l’autorité fonctionnelle). Les agents peuvent demander à consommer ces 6 jours depuis le 21 décembre 2020. Ils seront valables pendant 5 ans.

Ces jours ne sont pas fractionnables en ½ journée. Plusieurs jours consécutifs peuvent être posés. La demande de consommation de ces jours par l’agent doit suivre le circuit de validation hiérarchique. Ce compte suivra l’agent en cas d’une mobilité interne. L’agent devra solder son compte en cas de départ de la collectivité.

Oui, ces 6 jours s'appliqueront quelle que soit la durée hebdomadaire de travail de l'agent.

Vous pouvez retrouver des réponses à vos questions médicales notamment sur /

Par ailleurs, vous pouvez évaluer votre situation de santé en fonction des symptômes ressentis et de vos antécédents médicaux en cliquant ici.

Si vous devez garder votre enfant de moins de 16 ans, vous pouvez être placé en ASA (autorisation spéciale d'absence). Une attestation de l’établissement et une attestation sur l’honneur stipulant qu’il n’y a pas de moyen de garde de son enfant devront pour cela être fournies.
Si vous travaillez au sein des services administratifs vous n’avez pas une obligation de télétravailler.

Masque anti Covid - Crédit photo AdobeStock

La Région et l’Europe soutiennent les personnels de santé

Lire l'article
6 jan 2022
Edoardo, étudiant et serveur dans un bar à Besançon - Photo Région Bourgogne-Franche-Comté

Aide perte d’emploi étudiant : prolongations

Lire l'article
16 avr 2021
Visite du centre hospitalier de Mâcon le 29 mars 2021

Solidaires face à la crise sanitaire

Lire l'article
30 mar 2021
Toute l'actualité

Une question, une demande ? Contactez directement nos équipes !

Nous contacter